Marketing, News

Comment la Suisse attire les blogueuses influentes du Golfe

suisse_tourisme

Les stars arabes des réseaux sociaux se transforment en Heidi de luxe pour mettre en avant le patrimoine helvétique. Une stratégie marketing inédite, lancée par Suisse Tourisme et Genève Tourisme, notamment, pour attirer la clientèle du Golfe.

Hidjab, lunettes de star au bout du nez, vêtements couvrants et maquillage sophistiqué, la blogueuse Taim al-Falasi, de Dubaï, prend la pose dans les endroits les plus idylliques de la Suisse. Sur Instagram, la jeune femme aux plus de 2 millions d’abonnés propose à ses fans de multiples photos de son voyage en terres helvétiques.

L’imaginaire touristique suisse, clichés et «places to be», occupe une place de choix dans les photos de la blogueuse: les Alpes majestueuses, les petits trains de montagne, l’eau scintillante des lacs, la gastronomie du terroir, le château de Chillon, le pont de Lucerne, les prairies fleuries, les chalets et tant d’autres… Des images que l’on pourrait croire d’un autre temps. Sauf que les filtres Instagram font ressortir le bleu du ciel et le vert de l’herbe, et que la jeune femme voilée a remplacé Heidi. Un savant mélange d’éléments suisses et arabes, un peu kitsch mais plaisant à regarder.

Même si la blogueuse a certainement préféré les chalets-boutiques Louis Vuitton de Gstaad aux vieux mazots, et les déplacements motorisés aux randonnées de toute une journée, elle a tout de même donné de sa personne, expérimentant notamment le parapente et le bateau et commentant chacune des étapes.

Bons baisers Snapchat de Genève

Pour chaque escale du Grand Tour, Suisse Tourisme passe le relais aux différents offices du tourisme pour s’occuper des invités. Lorsque Taim al-Falasi a séjourné dans la Cité de Calvin, c’est l’Office du tourisme de Genève qui s’est chargé du programme, ainsi que l’a noté la «Tribune de Genève». Caroline Melly, responsable des relations médias au sein de Genève Tourisme, explique: «Nous travaillons de plus en plus avec les blogueurs de renom, qui font entièrement partie du marché du tourisme.»

L’Office du tourisme de Genève a lui aussi monté ses propres stratégies, sur ce même modèle. Lancé sur ses réseaux sociaux en arabe, le concours Mum Relax, qui permettait à une famille de gagner un séjour en terres genevoises, a connu un vif succès parmi les suiveurs du Gulf Cooperation Council (GCC), soit Arabie saoudite, Oman, Koweït, Bahreïn, Emirats arabes unis et Qatar, avec 25 000 inscriptions. Pour le mettre en valeur, d’autres blogueurs de renom ont été invités.

Est-ce une stratégie efficace? «Dans le marché des GCC, Snapchat et Instagram utilisés en complément sont très populaires. Certaines personnes ont des millions de followers. Avec l’opération Mum Relax, pour laquelle nous avons invité des blogueuses réputées, nous avons vu un réel impact sur le nombre d’inscriptions à nos pages en arabe», explique Caroline Melly. Pour preuve, les avantageux clichés du Jardin anglais, de la cathédrale ou du Jet d’eau provoquent des grappes de commentaires admiratifs, sur les comptes des invités et sur la page Instagram en arabe de Genève Tourisme, 2415 abonnés, qui reprend les posts de ses invités.

«J’ai passé beaucoup de temps avec les blogueuses Lama al-Akeel et Noha. Nous avons pu construire une relation de confiance avec elles, qui ont transmis leurs impressions du moment à leurs fans», se réjouit Caroline Melly.

Possible effet boule de neige?

D’autres opérations visant les GCC ont pour but de donner une image un peu plus dynamique de la Cité de Calvin, avec une opération en mai 2016 visant à montrer les possibilités de vol en parapente sur le Salève ou encore la pêche en campagne genevoise.

L’Office du tourisme de Genève a également invité des messieurs voyageurs comme porte-parole sur les réseaux sociaux, tels que Mohammad Lahham, aux airs d’aventurier à dreadlocks.

Il faut dire que le mois de juillet 2016 n’est pas des plus réjouissants pour l’hôtellerie genevoise en particulier, qui aurait espéré une clientèle du Golfe plus conséquente. Une enquête de la «Tribune de Genève» donne la parole aux hôteliers notamment, qui pointent du doigt entre autres le Brexit, la menace terroriste en Europe et la suppression des pré-Fêtes de Genève pour expliquer ce mois un peu plat, estimé à un tiers de moins qu’en juillet 2015. Mais peut-être qu’avec l’effet boule de neige d’Instagram et consorts, les touristes des GCC seront attirés par le Jet d’eau et ses cygnes.

Crédit: Reblog / Noémie Matos / Le Temps / Article publié le 29 Juillet 2016

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s